Table des titres

Table de titres et des matières de Capys.wordpress

Ce blog a été ouvert le 30 mai 2012 ; je l’ai clôturé le 4 juin 2018. Il contient 141 articles.

Péroraison

Comme le laisse penser le nom de Capys (ce personnage qui refusait de laisser entrer dans la ville de Troie le « cheval » de bois grec), dès l’abord, il s’agissait de s’occuper de la VALEUR qui s’est introduite dans nos vies à saturation ; tandis que cette occupation a fini par la découverte de l’importance de la PLUS-VALUE dans cette « valeur » qui n’en est que le support, hé oui. Selon moi, c’est un apport majeur à l’humanité dans ses tentatives de se sortir de sa misère affective, sociale et sexuelle.

La valeur est un affect inhérent à l’humain. Cet animal qui a peu compris de lui-même a trop peu compris l’importance de cet affect sur son existence en tant que groupe et individus. Se serait même la valeur comme affect qui empêcherait de déceler la plus-value qui (si cela ne sonnait pas trop chrétien, je dirais) l’affecte dans une expression moins oppressive, par sa recherche de pouvoir, du « + » (on a même eu du « toujours + », du « + pour du + », etc.) en vue d’écarter de l’entendement cette tare qui alourdit au désastre l’humanité, jusque dans nos lits, nos filles et nos compagnes, l’air, l’eau, les océans.

La plus-value se cache derrière le petit doigt du capitalisme qui, lui-même, cache derrière son petit doigt le patriarcat en mouvement. Le petit doigt du capitalisme est très gros, on le sait. Mais on évite de voir son action (comme le mouvement du patriarcat) dans ce désir de dominer autrui (au lieu d’en recherche un commun jouissif), de trouver à se sur-valoir, soi pour retrouver dans le regard des autres la peur ou l’admiration des peureux qui n’ont plus conscience de leur peur car leur regard doux veut éviter les coups et se mettre le chef dans la poche. Des gens écrivent beaucoup sur la valeur et le travail, en ne voulant rien reconnaître de leurs aspects affectifs, affectivement sociaux, comme relation socialement affective.

La plus-value est ce qui dégrade la personne de sorte qu’il ne lui reste plus que l’objet comme moyen de compensation, et l’objet comme appartenance, personnel, uniquement à elle ; ce qui lui donne le pouvoir de commander sur cet objet. La plus-valu est à la fois un moteur et un outil, c’est le moteur qui fait avancer l’outil et l’outil qui demande ce moteur.

La plus-valeur peut paraitre complexe, mais c’est d’abord une représentation de soi dans le monde et du monde en soi : l’humain n’est que représentation.

D’avoir procédé à la distinction de la valeur organique de la valeur minéralisée permet, selon moi, d’éviter de donner jamais une plus-value à tout ce qui regarde cet organique, et même de cesser de minéraliser la valeur, cet affect humain indispensable à la grégarité, comme facteur de cohérence et de plaisir sociaux. En évitant le « sentiment », nos amis qui travaillent depuis si longtemps sur ce sujet, ont évité dès l’abord, la valeur organique (ce qui ressemble à la confusion nourrie entre la propriété collective et personnelle que le pouvoir entretient pour vous soustraire de tout, à quelques broutilles près). Le lecteur verra que j’aime la chair et c’est sans doute cet ancrage (en sus de mon obstination…) qui a induit cette découverte : je ne veux rien qui ne soit incarné. Déjà que l’humain n’est que représentation, s’il perd la chair, il est mort… et elle aussi.

Quand je parle de communion, je ne parle pas de celle qui vous demande de vous extraire de vous pour atteindre au mélange des cieux, je cause de celle qui m’unit à autrui par les liens de la grégarité. L’humain (comme l’a remarqué W. Reich) a peur des effets de la chair, des émotions. Il cherchera en conséquence à trouver ailleurs qu’en ce qu’il ressent en lui, une minéralisation de cette émotion pour qu’elle cesse de l’effrayer en lui. Par cet étrange évitement, il se minéralise aussi bien, car ce sera toujours en lui que l’émotion sera vécue pour la taire. Ainsi, je me suis vu confronté à des théoriciens qui ne voulaient rien savoir du « sexe » (comme ils disent), de la chair en mouvement. J’espère que par cette découverte de la minéralisation de la communion dans la plus-value, on trouvera un moyen simple, élémentaire, de pouvoir mieux s’y consacrer, à cette chair. ; car sans elle, point de salut. C’est ce dédain pour la chair que cet humain à la cérébralité si étonnante ne sait pas même se préoccuper, par avance, dans ce qu’il crée des déchets que son activité va produire ; comme il ne sait pas mieux s’occuper de ceux qu’il produit devant ses yeux, son nez, sa peau, son monde de chiottes radioactives, chimiques, d’-icides, de plastiques, de travail.

L’avant dernier article (La plus-value comme auto-care actor – titre résumant le fait que le caractère de la plus-value s’auto-entretient dans ses fuites caractérielles) n’est pas véritablement achevé. Il aurait fallu que je m’étende sur les diverses compensations sociales et affectives, sexuelles de la plus-value, en plus précis que je ne l’avais fait auparavant. Mais, comme je l’ai dit : le sujet commençait à me brouter et quel intérêt l’humain va-t-il trouver à mes dire ? Il s’éloignera en courant plutôt que de regarder dans le miroir que je lui présente, ce qu’il lui faudrait entreprendre pour que sa misère s’amenuise ou aille, même, jusqu’à disparaître. Non pas que les disputes disparaitront, mais au moins la plus-value.

Je vous souhaite la réciprocité amoureuse, d’apprendre à se dévier de la jalousie et de participer au bonheur du monde !

Le 8 juin 2018

Fin de ce blog

4 juin 2018

La plus-value comme auto-care actor

4 juin 2018

Plus-value : la colle à gêne

30 mai 2018 21:17

La plus-value vaille que taille

29 mai 2018 20:59

La plus-value comme pingritude

28 mai 2018 12:57

La part rôle et l’hymne âge

24 mai 2018 22:38

La plus-value comme représentation

21 mai 2018 13:12

La plus-value et ses deux vents

19 mai 2018 20:00

Comment tarter

10 mai 2018 19:21

Pro bât tôt d’institution

12 mars 2018 21:02

 

Le discriminant du sur-plu

4 mars 2018 21:25

La miss ère du string

26 févr. 2018 14:03

Pour une histoire de la pensée

6 janv. 2018 18:50

Dans mon rêve

4 janv. 2018 21:21

L’artificiel du minéral

14 déc. 2017 15:56

Patriarcat : l’intendant

10 déc. 2017 15:15

Patriarcat : la chéfitude

30 nov. 2017 14:16

Écrin rouge

16 nov. 2017 23:11

Le patriarcat comme astreinte à l’inadaptation

28 oct. 2017 19:49

Patriarcat : démission de l’empathie

25 oct. 2017 18:51

Le patriarcat et la mésempathie : 2 – le sbire et le larbin comme séparation

19 oct. 2017 15:36

Le patriarcat et la mésempathie : 1 – le sbire et le larbin comme opérande

19 oct. 2017 15:35

Leçon sommaire d’anti-patriarcat

12 oct. 2017 23:04

Le patriarcat comme terreur

12 oct. 2017 11:16

L’emprise sociale de la petite connerie

1 oct. 2017 18:45

Le patriarcat comme aliénation sociale, c’est-à-dire, sexuelle

18 sept. 2017 10:36

Le dur mou du patriarcat

15 sept. 2017 14:17

Patriarcat et environnement

3 sept. 2017 18:51

Des fades heures du patriarcat

29 août 2017 22:16

Le « Garde-à-vous ! » du patriarcat

25 août 2017 21:15

Les ornières du patriarcat

12 août 2017 17:45

Chaque jour que je passe de ma vie, je le soustrais de la pérennité du patriarcat

5 août 2017 21:04

La vis de la mort

29 juil. 2017 16:54

Le temps comme déchet

15 juil. 2017 14:15

Le temps au fil du temps

13 juil. 2017 21:35

Le temps qui passe temps

11 juil. 2017 21:01

Le temps de temps en temps

10 juil. 2017 21:27

Dans le bruissement léger de ces feuilles brouillonnes

7 juil. 2017 00:38

Patriarcapitalisme

29 juin 2017 19:20

La rocade est circulaire, mais ici il n’y a qu’une entrée

20 juin 2017 22:17

Technolicide social

14 juin 2017 17:36

Parti chercher la lune

6 juin 2017 20:44

L’écluse d’aval

28 mai 2017 19:42

Transologie 3

24 mai 2017 19:34

Transologie 2

22 mai 2017 22:27

Transologie 1

20 mai 2017 22:30

La détransiation

29 avr. 2017 22:04

Après que de la chair

16 avr. 2017 18:18

Le travail comme substitut à la masturbation

13 avr. 2017 20:52

L’agrégation humaine

12 avr. 2017 09:58

Critique de la morale de la solitude

9 avr. 2017 13:54

Le dégrisement de l’occupation

6 avr. 2017 13:55

Valeur : résumé des chapitres précédents

4 avr. 2017 10:36

Le travail comme avaleur de l’occupation

21 mars 2017 22:06

Inflammation de classe et cuirasse

12 mars 2017 10:54

Con sentant ou tire « han ! » ?

10 mars 2017 14:04

Bactéries et mitochondries

28 févr. 2017 12:58

Malades de la maladie

13 févr. 2017 14:50

La jalousie de la valeur

10 févr. 2017 10:57

La récompense de la vie, c’est le plaisir

7 févr. 2017 17:36

Techno du profit

2 févr. 2017 14:15

Maître Soleil sur son horizon perché

23 janv. 2017 17:33

Ovni or not ovni ?

13 janv. 2017 09:58

Es poire de gain

8 janv. 2017 13:09

La crampe du vouloir

7 janv. 2017 10:00

La couleuvre du mirage

5 janv. 2017 09:09

Régrès du mature

4 janv. 2017 13:51

De l’empathie devenue mesquine

3 janv. 2017 11:11

Le « i » de la verge

2 janv. 2017 13:18

Cré non de diou : on continue !

1 nov. 2016 23:11

Une telle ligence à la production du profit est peu intelligente

26 juin 2016 13:10

Hanté-Christ et post-vie

25 mai 2016 14:02

la mystique du manque et l’angoisse persistante

19 mai 2016 09:48

Matière de l’anti-matière

12 mai 2016 12:46

Fond vert de chef teint

11 mai 2016 12:19

Bout de nuit

27 avr. 2016 10:02

Souris de montagne

8 avr. 2016 21:08

De loin, AnnA

4 avr. 2016 22:35

Voie du si-elle sinon rien

16 mars 2016 22:27

Espoir vague

16 mars 2016 19:54

Ce que je demande

7 mars 2016 21:39

AnnA encore une fois

7 mars 2016 21:13

Le minet né râle et l’or gaga nique

7 mars 2016 13:09

Le 5 (cinq) mars 2016

5 mars 2016 21:30

Bonjour l’ambiance

19 févr. 2016 20:33

L’impôt de l’abstinence

7 janv. 2016 10:54

Allez ! un petit verre de névroglie !

24 déc. 2015 20:09

Le conte modernisé

23 sept. 2015 22:12

L’angoisse d’orgasme, socialement

9 sept. 2015 19:58

Ai-je bien ma place sous le soleil de l’amour ?

19 août 2015 22:51

L’immaturité du refus de l’interdépendance

17 août 2015 22:38

Détente de l’hypogastrique

2 juil. 2015 18:11

Contribution à l’étude de la cuirasse caractérielle de Wilhelm Reich

8 juin 2015 12:52

Une petite note sur l’emploi des mots « génitalité », « caractère génital » et « caractère mature »

17 mai 2015 13:21

Le jeu du je amoureux

29 avr. 2015 15:26

Sur les termes de « castration » et de « génitalité »

13 avr. 2015 19:11

Les flammes de la cuirasse

1 avr. 2015 13:35

Une question… mais laquelle ?

18 mars 2015 12:20

Le mal comme référence illusoire

4 mars 2015 17:56

Le monstre de l’angoisse

1 mars 2015 21:58

La prison du désespoir

27 févr. 2015 14:46

La führeur de l’espoir

18 févr. 2015 16:01

Psychanalyse et morale sexuelle

17 févr. 2015 14:04

Les plaies du plaisir, Sir

15 janv. 2015 12:33

Dix simulations du vrai

14 nov. 2014 08:40

Pêche mêle bas

29 oct. 2014 11:46

Heurts divers relatifs à l’heure d’été

26 oct. 2014 19:26

Quelle forme ?

23 oct. 2014 14:10

La planète du Singe

16 oct. 2014 14:06

Un outil de la grégarité

6 oct. 2014 14:21

L’illucidité de Lucy

10 août 2014 16:33

Point de départ sans initial

5 août 2014 15:39

Solitude : approche 3

27 juin 2014 15:43

Solitude : approche 2

23 juin 2014 15:57

À AnnA

20 juin 2014 13:13

Démonstration de genèse de la souffrance de l’âme humaine par celle de la solitude

17 juin 2014 15:44

La pompe grinçante

11 juin 2014 08:49

De la solitude : approche

3 juin 2014 15:06

Le poux secoue du vent devant la marée nue pour empêcher les vagues

26 mai 2014 12:40

Bio 7

15 mai 2014 10:49

Dernier virage avant la sortie

1 avr. 2014 13:23

Le cache-sexe de la valeur

23 août 2013 23:13

La cuirasse de la valeur

10 août 2013 10:53

L’inertie de la valeur est puissante tandis qu’elle oblige à l’immobilité.

9 août 2013 10:47

Désirabilité de la valeur

8 août 2013 09:56

La valeur en 4 temps

7 août 2013 12:20

Sur quoi le pouvoir règne-t-il ?

4 août 2013 17:16

Le pris de l’âme

7 mars 2013 18:05

Que faire ?

14 févr. 2013 00:26

Un peu dé désordre ! que diable !!!

21 janv. 2013 17:02

L’excitation, le plaisir et l’angoisse

24 déc. 2012 21:32

Le diable et son odeur.

20 déc. 2012 16:50

La valeur est la solution inappropriée d’un conflit

12 déc. 2012 22:12

« Et, le ciel amoureux leur caressant l’échine… »

3 oct. 2012 18:54

De la marchandisation de la duoté

1 oct. 2012 13:44

Criardes gardes

17 sept. 2012 10:52

L’ébauche hasardée

3 juil. 2012 23:52

Absolument inutile

8 juin 2012 13:33

L’homme est un cheval pour l’homme.

3 juin 2012 10:13

Un sensé

1 juin 2012 14:13

Bonjour, en guise d’introduction

30 mai 2012 19:49

 

 

 

Publicités