About Capys

« À l’aube, les éclaireurs troyens rapportèrent que le camp [grec] était en cendres et que les Grecs étaient partis en laissant un gigantesque cheval sur le rivage. Priam et plusieurs de ses fils sortirent pour le voir, ils étaient muets d’admiration ; Thymoétès fut le premier à rompre le silence :

— Puisque c’est un présent destiné à Athéna, dit-il, je propose que nous l’introduisions à Troie et que nous le montions à la citadelle.

— Non, non ! s’écria Capys, Athéna a trop longtemps favorisé les Grecs ; il faut le brûler immédiatement ou bien le casser pour voir ce qu’il porte dans son ventre.

Mais Priam déclara :

— Thymoétès a raison. Nous le ferons entrer en le poussant sur des rouleaux. Ce qui appartient à Athéna ne doit pas être profané. »

Les mythes grecs, Robert Graves,1958.

Ce site est jardiné par Christian Isidore Angelliaume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s