Espoir vague

Tu es intimement accrochée
Aux sensations que j’ai de la vie
Comme les algues au rocher
Les mouvements de la mer

Ondoyantes mouvances sur les
Accroches du temps qui passait de toi
Plaisirs de bien-faire pour autrui
Une eau des plus claires.

Et il n’y a plus de mer.
A-t-on plus triste ? Encore
Eux du reflux ont-ils l’espoir !
Moi, de l’absence, mes verdures
Sèchent. La mer s’est éloignée.

Le parfaire s’évapore vers toi
Sans que tu le vives plus : mon
Âme n’a plus tes murs pour rempli
Ton écho s’égare de mousses arides
L’alentours pique d’insensible

Me voilà nu de réponds
Ma pompe vide mon cœur
Une image n’a pas de corps
Ni ta chaleur ni ton souri
Je m’invigorise, faiblis

A-t-on plus triste ?

Ce brassement dont je parle
Est celui de la détente qui
De ses tentacules multiples
Et son absence m’ôte toute vie :
Ça me contracte et c’est pénible.
Il me faut trouver une solution.
Ce n’est pas facile de vivre contracté !

Je pense que l’amour est né du jour où
L’autre vous a décontracté, non ?
Un des plaisirs de la vie est de se réaliser.
Quoi de plus plaisant que de le faire à deux !
Et devenu seul, quoi faire ?
C’est pas facile de se réaliser.

Donc, il faut trouver quelque chose d’autre.
Aimer ce qu’on fait, d’accord… mais
Que fait-on réellement ? Comptons
Sur cette vague d’espoir pour
Humecter ma folâtrerie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s