AnnA encore une fois

À qui, à qui, finalement, trouver du réconfort ? Et sous quelle forme ? N’est-ce pas ma demande qui ne correspond plus à la réponse que peut me donner la réalité ? J’ai véritablement été imprégné, comme une éponge aux milles trous, de la saveur et de l’âme de AnnA et voilà qu’elle m’échappe et tous ces trous deviennent vides que remplit l’absence du temps des amours. Si AnnA voulait un moment combler les demandes de mon cœur, une décision qu’elle a prise vers octobre 2015 a désemparé cet accès à un commun. Cela, je dois en prendre compte, puisque depuis, je n’ai pas réussi à invertir ce revirement. Pour éponge aux milles trous, ils ne seront pas comblés par le désir de mon âme, AnnA, et pour autant que je continue de vivre et de respirer… et de croitre, à moins de cesser de respirer, j’existe encore, même avec ce désir inaccompli.

Mais ma vérité ne peut pas être sous cet inaccomplissement, bien sûr, puisque je croîs, je continue de vivre, même avec ces milles trous vides de ton âme, AnnA. Encore que ce vécu me dégrade, m’a atteint très profond en moi, certes sans me souiller, mais avec cette sensation d’avilissement du dénigré, j’ai crû encore. Et mon expérience vécue s’appuie sur ce vécu. Je bâtis, je suis un bâtisseur, je continue de bâtir.

Ce qui reste de ces moments si prégnants, si affolants de vécu, si forts d’impression, si impliquants, si présents encore et si fluides à la fois, c’est une présence. Et celle-là qui doit s’estomper, au grand damne du vécu. De toutes façons, moi, il me faut aussi une femme qui aime mon sexe… ce qu’elle problémise excédentairement, car j’aime le sien autant que le mien et peut-être même plus ! car j’aime vraiment le sexe de AnnA, sa bourre, ses lèvres, son vagin et son clitoris sous son capuchon, son ventre et ses lèvres, elle. Mais ce que j’aime le plus chez AnnA, c’est sa manière de penser qui me surprend sans fin de son intelligence et de sa féminité, de sa féminité. J’ai un ressenti de son féminin incroyable… je me suis dit même que cela fleurait la pornographie tant il est intense. J’en ai un tel espace d’ouverture, un si grand gonflement que d’y souffler encore semble insuffisant tant l’ampleur du volume de mon poumon me semble faible ! AnnA élève en moi une notion du beau qu’elle ne soupçonne pas, hélas. Il est rempli d’un désir sexuel, de mélange et de frictions douces et complices, du plaisir de sentir sa glissance, quoiqu’elle se raconte alors que cela la problémise excédentairement, de ces moments où le partage devient don, l’échange sans contre-partie car le simple écho vous remplit d’aise. J’ai juste trouvé une clé la dernière fois qu’on a fait l’amour, qu’on a baiser (je n’en dirai rien du secret) ensemble. Et cela rajoute encore à ces couches de désirs, plaisirs déjà existantes : se joindre au mieux pour connivence de l’autre.

Mais ce que je peux penser aussi (et cela me présuppose une extérieure bouée secourable) c’est que j’idéalise mon amour pour elle ; ou même que je l’idéalise, elle. Oui, je le peux… mais cela irait-il quelque part de moins qu’être quelque part souffreteux ? Il va falloir quand même s’en sortir. Ce que j’aime dans la vie, c’est que, bien qu’on sache le général parfois assez précis des affaires, on en sait jamais ce qui va se passer du fait qu’on désire que les choses se passent comme on voudrait qu’elles arrivent à soi : on désire tant qu’elle soient belles, chaleureuses, vivantes, rieuses et riantes, fructifiantes pour soi et pour l’autre, la totale. Et dans le cours du vécu-même, les imperfections sont le sel de la rencontre qui vous plait tant. Allez-vous en savoir pourquoi ? Un DON de la nature, du temps, de l’existence ! Si peu exploité, alors qu’on exploite le peuple avec tant d’âpreté !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s