Dernier virage avant la sortie

Ça chauffe, les aminches : si un gouvernement nomme un tel individu que ce sarko-de-droite qu’est Valls, c’est qu’il va avoir besoin d’une main de fer pour pouvoir GÉRER les divers troubles de l’ordre public qui vont émerger du mécontentement général, et dans pas longtemps, vu la durée des gouvernements ; et, par ailleurs, de pouvoir vraiment imposer les désidératas de la « classe exploiteuse » (je me demande encore l’objet d’une telle obstination à rendre les gens idiots, sinon qu’à vouloir qu’ils vous ressemblent).

De même, le mémélanchoncon qui lance un appel à manifester dans la rue la prise de la pastille et les EELV qui font semblant de ne pas se compromettre avec les agents en place, signifient qu’il faut faire vite réagir le populo pour employer son désir de révolte à des niaiseries, sinon ce populo risque fort de vouloir prendre en main ses propres affaires.

Nous nous trouvons donc pris entre deux feux sur le flanc gauche et une réserve de secours et des réserves vociférantes à droite. Nous ne pouvons compter que sur notre nombre, les aminches, et sur notre confiance en nous-mêmes. Sortons les pics ! Abolissons sans faille le travail, la valeur et le capital et la marchandise disparaitrons de nos vies pour nous laisser respirer nos amours, enfin.