L’inertie de la valeur est puissante tandis qu’elle oblige à l’immobilité.

L’objet du capitalisme est de transformer le temps en valeur et de trouver des moyens pour augmenter cette valeur. Il y a une mécanique pour la transformation du temps en valeur et un système pour survaloriser la valeur. On a compris qu’il s’agit ici de la « valeur de production » et là, de la « valeur de distribution ».

Il s’agit d’une description qui ne tient compte que des aspects matériels du capital, car, bien qu’elle en soit le support indispensable pour ne pas avoir à supporter un nombre de rébellions centuple — je veux dire « avoir l’approbation des gens, ne serait-ce que sur des détails sans importance » — , la morale du capitalisme n’est pas décrit dans le processus de la création de la valeur dans la transformation du temps consacré à la confection d’objets, et la survalorisation de la valeur produite par les magouilles de l’économie spéculative.

Sous cet aspect des choses, on constate à nouveau deux divisions d’un même noyau : l’objet (en tant que but) se divise en valeur quantitative (le temps => argent) et valeur qualitative (valeur = + de valeur) qui sont vécues comme un Graal, un voyage, une manière d’atteindre le paradis sur terre tandis qu’on y sème l’enfer, tant chez ses congénères que dans l’environnement.

Il est indispensable d’avoir l »assentiment des gens qui transforment, eux, leur temps en argent et transforment ainsi une matière en valeur, sinon ces deux transformations concomitantes ne s’opèrent pas, ne peuvent pas s’opérer ; et, corrélativement, en l’absence de valeur pour base, la valeur ne peut pas faire l’objet d’une survalorisation. (À noter que cette survalorisation est sans fin : il y a production de valeur à partir de la valeur qui permet à nouveau une survalorisation ; ce que l’on constate aujourd’hui, temps où l’économie spéculative est devenue autonome… et qui se pète la figure, car son substrat réel, l’objet, résultat de la transformation du temps en argent (salaire) et en valeur (plus-valeur) n’étant plus produit que par des machines, le temps vivant n’y injecte plus sa substance).

Ainsi, il faut une structure mentale pour cette acceptation, structure mentale qui permet d’obscurcir la vision réelle du monde et de sa misère, de celle à laquelle on participe incidemment ; structure « anti-rebelion », je dirais, qui permette de se soumettre pour permettre cet état de fait. Au besoin, si cette structure n’est pas assez efficace, des adjoints à cet « État de fait » sont là pour vous remettre dans le chemin ds cette soumission qui consiste, rappelons-le, à simplement se porter à l’endroit où son propre temps se transforme en argent (le salaire) et en objet dans lequel ce temps se transforme en valeur, ici de « production ». Pour autant qu’elle soit intégrée comme individualité qui lui donne comme des variances, on sait que cette structure en générale, correspond à une morale, la cuirasse caractérielle d’une société, ici, le capitalisme.

Le plus étrange est que des « gens d’armes » de cette morale doivent avoir une soumission double (pour un même salaire et sans rien produire) des gens auxquels ils veulent imposer la volonté de leur maître. Mais on trouve aussi beaucoup de bureaucrates et de techniciens qui sont dans le coup de la morale dominante, celle du capitalisme, pour que cette structure montre son efficacité pratiquement.

Mais cette structure caractéro-musculaire permet aussi d’admettre, de « comprendre » la valeur, essentiellement sous son aspect « distribution » (évinçant ainsi la perception réelle de sa propre action sur le monde dans la production d’objet : la transformation de la matière en objet-valeur et salaire). Car il manquera toujours de l’argent qui sera toujours désirable quantitativement et on bavera toujours sur ceux qui en possèdent plus que vous pour les jalouser. C’est là un moyen pratique de dépenser son énergie excédentaire de manière auto-gérée, rotative et auto-alimentée, car on n’aura jamais l’argent que l’on souhaite — sinon qu’à marcher sur la tête de ses congénères : c’est dire la valeur de la morale, quantitativement dont vous vous serez imprégné — ; on ne sera jamais aussi riche que les riches desquels on ne sera jamais admis du fait qu’on n’est pas né la cuillère à la bouche et la timbale aux dents de lait d’argent. Pour autant, on voit que ces « rêves » fonctionnent très très bien comme moyens de soumission.

Cette structure caractéro-musculaire permet aussi de ne pas comprendre ce qui se passe réellement et de répondre à cette question lancinante : « Que faire ? » par cette réponse qui n’en est pas une « C’est pas possible ». La tâche semble si imposante vue de près ou de loin, si pesante à soulever, si compliquée à organiser et si complexe à socialiser, que les bras vous en tombe avant même d’avoir émis l’hypothèse d’une solution… ou alors en rêve. C’est bien foutu. Et si vous désirer, collectivement, entreprendre quelque chose qui consiste d’abord à cesser d’aller au travail pour transformer votre temps en salaire et en objet-valeur, et de trouver des moyens d’organiser cette autre possibilité d’emploi de la vie, collectivement puisqu’un tel projet ne peut être qu’un objet social et non plus individuel ; si vous entreprenez, dis-je, un tel projet qui est extrêmement facile à initier — s’arrêter et organiser cet arrêt — il y a de forte chance que des « gens d’armes » dont la morale est plus rigide encore que leurs balles ou leur matraque, secourront ceux qui doivent, dans un tel projet, être secourus : ceux qui payent ces gens d’armes pour les secourir et l’organisation centrale qui les payent par la bande : l’État. L’inertie de la structure musculaire est puissante tandis qu’elle oblige à l’immobilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s